UTLC - À quelles conditions peut-on dire d'un film qu'il est "autobiographique" ? / 30/03

à 18 h 30.

Par Jean-Louis Jeannelle - Enseignant-chercheur à l’Université de Rouen Normandie laboratoire CÉRÉdI.
Animée par Marianne Bouchardon - Enseignante-chercheuse à l’Université de Rouen Normandie laboratoire CÉRÉdI.

 
 
Du cinéma, on a pu dire qu’il était « autobiographique » à propos de très nombreux cinéastes, soit parce que les spectateurs reconnaissaient vaguement (ou croyaient reconnaître) l’auteur à travers ses films, comme chez François Truffaut se projetant à travers Jean-Pierre Léaud, ou encore parce que les réalisateurs en question présentaient explicitement certaines de leurs oeuvres comme une reconstitution de leur vie, tel Youssef Chahine dans la série qu’il a consacrée à sa ville d’origine, Alexandrie, mais également parce que l’implication permanente de l’auteur dans ses propres films, ou une grande partie d’entre eux, a conduit le public à recevoir ces derniers comme une sorte d’autoportrait démultiplié, comme dans le cas de Jean Cocteau, de Sacha Guitry, de Federico Fellini, ou de Woody Allen par exemple. On mesure la difficulté qu’il y aurait à s’en tenir à de tels critères : coïncidence biographique, retour d’un acteur fétiche, apparition directe ou détournée du réalisateur…, ces éléments ne suffisent pas, et nous nous demanderons à quelles conditions il est réellement possible de parler de cinéma autobiographique.
Type
Actu des B.U., Actu Etudiants, Actu Personnel, Culture_Une, Culture - Conférence grand public (UTLC), Une du site
Lieu(x)
Maison de l'Université

fichiers en téléchargement