UTLC - Dependency, interdependence, vulnerability and care. Normalcy and a good life - 18/10/2018

à 14h.

Par Eva Feder Kittay - Professeure émérite de Philosophie, Université de Stony Brook (États-Unis)
Animée par Anne Boissel - Enseignante-chercheuse à l’Université de Rouen Normandie, laboratoire CRFDP

 
 
Dans les années 80, Eva Kittay a principalement travaillé en philosophie du langage en particulier sur la question de la métaphore. À la fin des années 90, ses travaux portent sur la philosophie morale et politique, notamment sur le care et la question de la justice. Elle prend conscience que son expérience de mère d’une enfant gravement handicapée sur le plan cognitif est l’arrière-plan de sa réflexion philosophique. De là, elle va théoriser l’importance du savoir expérientiel dans les débats éthiques et va contrer les philosophes qui s’arrogent le droit de parler de choses qu’ils ne connaissent pas, et qui n’ont pas conscience de ce que leurs théorisations font à ceux qu’ils caractérisent par une liste de capacités/incapacités psychologiques, c’est-à-dire ceux qui ne peuvent prendre la parole parce qu’ils sont déficients sur le plan cognitif.

Elle va aussi mettre en exergue le déni de la dépendance fondamentale de l’être humain véhiculé par le libéralisme et sa conception atomiste du sujet. En cela elle rejoint Freud, qui place la néoténie de l’être humain au centre de la construction du sujet.

Ce déni va permettre, selon elle, à une majorité d’entre nous de se penser comme des êtres indépendants et égaux, et conduit en même temps à exclure de la société et de ses principes de justice, les personnes en situation de dépendance extrême.
Type
Actu Etudiants, Actu Personnel, Une du site, Culture - Conférence grand public (UTLC)
Lieu(x)
Maison de l'Université
Place Émile Blondel à Mont-Saint-Aignan

fichiers en téléchargement