Prix de thèse 2019
Fondation Flaubert

Recherche

 à 10h30

La Fondation Flaubert remet chaque année un Prix de thèse, afin de mettre en lumière les travaux les plus aboutis qui, en sciences humaines et sociales, permettent d’appréhender autrement les questions d’actualité et les enjeux de société. Trois femmes à l'honneur pour cette nouvelle édition. Retrouvez Mathilde BEAURUEL, Sylviane GUIHARD-LEPETIT et Solène MONTIER, le jeudi 10 octobre à 10h30 sur le campus de Mont-Saint-Aignan

Mathilde BEAURUEL, Docteure en droit 

Sujet de thèse : Théorie générale du pouvoir en droit des majeurs protégés (Université de Caen Normandie. CRDFED ED Droit Normandie)


Pourquoi vous-êtes vous orientée dans la recherche en Sciences humaines et sociales ?


L’an passé, j’ai soutenu une thèse à l’Université de Caen Normandie intitulée la théorie générale du pouvoir en droit des majeurs protégés sous la direction du professeure Annick BATTEUR. Je me suis orientée dans la recherche pour devenir enseignant-chercheur en droit privé.

Votre sujet de thèse en trois mots, et pourquoi ces trois mots ?

Majeur protégé – pouvoir – contrôle.

À s’en tenir au droit, la finalité classique, originelle, du pouvoir est de permettre une protection des intérêts exclusifs du majeur protégé. Par l’exercice de ses pouvoirs, le protecteur agit dans un souci unique et exclusif de protection, telle une « armure » déployée autour du majeur vulnérable. Mais en dépit de cet objectif clairement affiché de la loi, l’organe de protection – lequel est titulaire de larges pouvoirs – est naturellement porté à en abuser. Aussi, en droit des majeurs protégés, plus que dans n’importe quel autre domaine, il est indispensable de circonscrire le pouvoir et d’opérer un contrôle de son exercice, pour le contenir dans ses limites légitimes.

Pourquoi avoir candidaté au prix de thèse de la Fondation Flaubert ?


J’ai candidaté au prix de thèse de la Fondation Flaubert parce qu’il me semble que les nombreux projets qu’elle porte sont formidables. Je souhaite mettre en valeur mon travail de thèse et si j’étais lauréate du prix, les 5 000 euros perçus me permettraient de mener à bien cet objectif.


Sylviane GUIHARD-LEPETIT, D
octeure en sciences de l’éducation 

Sujet de thèse : Développement de la lecture chez les enfants présentant une déficience intellectuelle bénéficiant d’une Ulis Ecole (Université Rouen Normandie. Cirnef ED HSRT)


Pourquoi vous-êtes-vous orientée dans la recherche en Sciences humaines et sociales ?

Enseignante depuis quelques années, confrontée aux difficultés de lecture de mes élèves de cycle 3, je me suis tournée vers la recherche pour comprendre l’origine de ces difficultés. Je me suis construite une culture de l’apprentissage de la lecture qui m’a permis de relier théorie et pratique dans des outils pédagogiques. Cette première étape m’a donnée le goût des lectures scientifiques et l’envie de m’engager dans un travail de recherche doctorale afin de poursuivre ma quête de compréhension des difficultés d’apprentissage de la lecture.

Votre sujet de thèse en trois mots, et pourquoi ces trois mots ?

Lecture / déficience intellectuelle
J’explore le développement de la lecture dans la déficience intellectuelle parce que la lecture reste et restera le moyen incontournable d’accès à la connaissance. A l’inverse, sa non-maîtrise exclut. La scolarité inclusive a besoin de résultats de la recherche pour aider ces élèves à devenirs lecteurs.

Pourquoi avoir candidaté au prix de thèse de la Fondation Flaubert ?

En candidatant au prix de thèse de la Fondation Flaubert, je souhaite diriger la lumière vers ceux que l’on pense « empêchés d’apprendre » du fait de leurs troubles cognitifs, partager des résultats qui peuvent modifier le regard porté sur eux et poursuivre le développement de logiciels et applications gratuites visant l’apprentissage du code alphabétique.



SOLENNE MONTIER, Docteure en lettres 

Sujet de thèse : Les interstices de la conversation dans les romans de Marcel Proust et Nathalie Sarraute

Pourquoi vous êtes-vous orientée dans la recherche en Sciences humaines et sociales ?

J’ai toujours voulu enseigner la littérature, mais après la préparation de l’agrégation, j’ai eu envie de continuer à explorer les textes en détail : pouvoir choisir un projet de thèse et passer plusieurs années à le travailler en profondeur était une chance immense pour pouvoir « creuser » un sujet qui m’intéressait, tout en enrichissant en retour mon expérience d’enseignante. Enfin, le passage par la fiction est souvent un détour essentiel pour mieux comprendre le fonctionnement de l’esprit humain et des logiques sociales, et saisir l’évolution des mentalités d’une époque à l’autre.

Votre sujet de thèse en trois mots, et pourquoi ces trois mots ?

FILIATION : il s’agissait dans cette thèse de mettre en lumière les liens esthétiques entre Marcel Proust et Nathalie Sarraute. Bien que leurs ambitions et leurs styles soient très différents, on remarque que Sarraute reprend une partie de l’héritage proustien, pour le transformer et le moderniser.

CONVERSATION : cette filiation se joue dans la manière de représenter les conversations entre les personnages, en insistant non pas sur ce qui est dit, mais sur ce qui se joue dans les coulisses de l’interaction, c’est-à-dire dans la tête des personnages au moment où ils parlent.

IMAGINATION : les romans de Proust et de Sarraute montrent le rôle que joue notre imagination dans notre perception de la réalité (par exemple lorsque nous anticipons ce qui va se passer) et dans notre rapport aux autres (quand nous essayons de nous mettre à la place de notre interlocuteur pour comprendre ce qu’il pense).

Pourquoi avoir candidaté au Prix de thèse de la Fondation Flaubert ?
Candidater au Prix de thèse de la Fondation Flaubert m’a d’abord donné l’occasion, toujours bienvenue, de parler de mon travail : la recherche est un processus de longue haleine, très solitaire, mais elle ne prend son sens que lorsqu’elle sort des frontières du bureau ou de la bibliothèque ! Quitter le cercle des spécialistes et avoir l’occasion d’échanger avec le grand public est également un exercice très gratifiant, qui demande une véritable réflexion pédagogique. Enfin, ce Prix serait une aide mise à profit pour publier ma thèse et pour créer une association dédiée à Nathalie Sarraute et à son oeuvre.



Type
Une du site
Contact
Lieu(x)
Site de Mont Saint Aignan

fichiers en téléchargement